Archive de catégorie dans Actualités

Créer son entreprise : les secteurs et les marchés porteurs

Sauf dans le cas de la reprise d’une activité déjà lancée, tous ceux qui veulent entrer dans l’entrepreneuriat se doivent de prendre en compte un facteur essentiel et c’est le fait de déterminer le secteur dans lequel l’entreprise évoluera.  Cela est nécessaire, car pour pouvoir développer sereinement son activité, il faut pouvoir choisir un secteur pérenne et un marché porteur.

Toutefois, pouvoir déterminer cela n’est pas si facile que cela, car dépendant de nombreux critères, savoir si un secteur est porteur ou non peut être vraiment difficile, mais pas impossible.

Pour faire simple, il faut connaitre les types d‘activité qui marchent et qui ne sont pas la plupart du temps touchés par la crise. Voici quelques points concernant cela.

Qu’est-ce que c’est un secteur ou un marché porteur ?

Avant de se pencher sur le sujet, il est important tout d’abord de pouvoir définir ce qu’est vraiment un marché ou un secteur porteur.

Donc, pour plus de détails, un secteur est porteur et de ce fait intéressant, quand il n’est pas menacé par la crise mondiale et qu’il peut perdurer pendant longtemps. En effet, ce type de secteur devra donc proposer un taux de croissance élevé qui ne devra en aucun cas baisser malgré les problèmes qui peuvent survenir dans le fait d’entreprendre.

Comment déterminer si un marché est porteur ?

En connaissant tous les éléments qui déterminent si un marché est porteur, il est possible de faire son choix. Cependant, pour ne pas faire d’erreur, il est important de bien réfléchir au préalable et aussi de considérer ses compétences, son savoir-faire et les besoins de ses futurs clients.

Par exemple, si on prend un secteur précis, il faut voir si ce dernier puisse intéresser les potentiels clients qu’on veut cibler, d’être sûr de maîtriser le type d’activité et surtout si ce secteur ne va pas décliner dans un avenir proche.

En plus de cela, il faut également pouvoir choisir un marché qui n’est pas encore encombré. Eh oui, même s’il est porteur, un marché où il n’y a plus beaucoup de place pour pouvoir y évoluer n’est pas un choix à considérer. Cela implique qu’un secteur intéressant se doit également d’être encore peu exploité.

Quelques exemples de métiers qui peuvent être intéressants

Même si on ne peut que le présumer, il est quand même possible de citer ici quelques secteurs qui proposent les critères idéaux pour y évoluer sereinement. A savoir :

Quelques astuces pour entreprendre sur Internet sans investissement

Vous souhaitez faire de l’argent sur Internet et cela sans que vous ayez besoin d’investir une somme d’argent conséquente ? Pourquoi ne pas essayer l’une de ces idées pour commencer dans l’entrepreneuriat, vous pourrez certainement trouver votre voie et devenir entrepreneur à temps plein par la suite.

Le coaching

Au cours de ces dernières années, le coaching a le vent en poupe, et de plus en plus de personnes possédant une compétence particulière n’hésitent à la mettre en vente au profit d’un plus grand nombre. Lorsque vous vous lancer dans une méthode de coaching sur Internet, vous pouvez rentabiliser votre savoir, et pour faire plus simples, vous pouvez utiliser des applications gratuites dédiées à cet effet. Parmi les services de coaching les plus en vogue du moment, il faut noter certainement la formation en marketing, le développement personnel, l’apprentissage d’une langue étrangère et bien d’autres. Les idées sont nombreuses et beaucoup de gens sont à la recherche d’un coach particulier, à vous de trouver celle qui s’adapte à vos besoins !

L’affiliation

C’est certainement la manière la plus vieille pour gagner de l’argent sur Internet et cela sans investir un sou ! Il existe de nombreux programmes d’affiliation et beaucoup de gens se sont inscrit à ces programmes au cours de ces dernières années et ont pu gagner leur vie grâce à cela. Cependant, réussir grâce à l’affiliation n’est pas fait au hasard, vous devrez vous entraîner et vous former pour pouvoir en tirer des bénéfices. Il faut aussi que vous sachez en quoi consiste exactement l’affiliation, notamment si vous avez la fibre marketing en vous ! Les affiliations sont proposés par les boutiques e-commerce, notamment, avant que les acheteurs n’attérissent sur leur page et effectuent des achats, ceux sont les affiliés qui vont servir de tremplin entre eux et les consommateurs potentiels. Les affiliés vont par la suite tirer des commissions sur les ventes.

La boutique en ligne

Avec l’augmentation de l’achat en ligne, vous pouvez aussi tenter votre chance en ouvrant une boutique sur la toile. Effectivement, vous n’avez besoin que de 500 euros pour avoir un site fonctionnel avec toutes les bases qui vous permettront d’ouvrir votre boutique. Il suffit de trouver un nom de domaine et d’un hébergeur et le tour est joué. Cependant, pour pouvoir percer, vous devrez avoir trouvé le bon filon et de mettre en place une bonne stratégie de vente. Pour cela, vous devrez savoir en quoi consiste le marketing web et les démarches qui vous permettront de gagner en visibilité auprès de vos clients cibles.

Le dropshipping

Ce terme vous semble nouveau, cependant, c’est une technique vieille comme le monde et que beaucoup ont adopté au cours des siècles dans le milieu de la vente. Grâce au dropshipping, vous n’avez pas besoin d’investir dans l’achat d’un stock de marchandise pour vous lancer. Votre rôle c’est tout simplement d’intermédiaire. De prime abord, cela ressemble un peu à l’affiliation alors que ce n’est pas le cas. En dropshipping vous concevez le système de vente, à savoir la recherche d’un fournisseur qui se chargera d’envoyer les produits chez l’acheteur, et que vous devrez veiller à ce que tout arrive à destination à chaque fois qu’une commande soit effectuée.

Source : 20 astuces pour gagner de l’argent sur internet sans investir

A lire aussi : Les meilleurs outils pour les entrepreneurs web

Zoom sur la prime du treizième mois

Même si cette prime délivrée en fin d’année n’est pas obligatoire ni imposée par la loi et le code du travail, de nombreuses entreprises voient quand même une importance particulière de l’inclure dans leur politique en termes de management.

En effet, le treizième mois est une prime qui équivaut le plus souvent à un mois de travail normal et que les salariés peuvent toucher à la fin d’une année civile, à savoir en décembre. Pour faire court, les salariés touchent de ce fait un salaire pour 13 pour 12 mois de travail.

Qu’en est-il vraiment du treizième mois ?

Etant une prime, le treizième mois dépend souvent de nombreux facteurs et ce ne sont pas toutes les entreprises qui la proposent.

Eh oui, pour la percevoir, le salarié doit souvent remplir des conditions bien précises et dépend surtout des politiques de l’entreprise.

De plus, le treizième mois n’est pas systématiquement accordé à tous les salariés d’une même entreprise car cela ne pourra toucher qu’une catégorie bien définie. Pour donner un exemple, une entreprise peut parfaitement récompenser certains de leurs salariés par poste comme les cadres ou les managers, soit par ancienneté et performance.

Comment calculer le treizième mois ?

Même si la prime du treizième mois peut être l’équivalent d’un mois de salaire, il est quand même utile de savoir qu’un certain calcul sera effectuée par l’entreprise et ce, par rapport aux heures de travail effectuées par le salarié tout au long de l’année.

Avec cela, le montant de la prime pour deux salariés qui occupent la même poste et qui touchent le même salaire peut donc être bien différent sauf car de nombreux facteurs peuvent le changer.

L’importance d’inclure le treizième mois pour une entreprise

Il est clair que dans le monde du travail, le salaire fait partie des motivations qui poussent les employés à se surpasser et à bien faire leur travail. De ce fait, un bon salaire de base couplé à une promesse d’une prime de treizième peut donc être très intéressant que ce soit pour le salarié, mais aussi pour l’entreprise.

Effectivement, un travail bien payé est plus attirant pour ceux qui cherchent un emploi. De ce fait, ce point fait toujours partie des critères de choix de ces derniers, ce qui est tout à fait bénéfique pour une entreprise qui veux lancer des recrutements ou aussi celles qui veulent augmenter la productivité de leurs salariés.

Les éléments clés pour assurer la pérennité de son entreprise

Pour tous dirigeants qui se respectent, le principal objectif à atteindre à tout prix est sans aucun doute le fait d’assurer le bon développement et la pérennité de leur entreprise. Toutefois, pouvoir faire cela requiert de prendre en compte de nombreux facteurs et s’avère parfois assez difficile.

En effet, les entreprises qui peuvent prétendre assurer la pérennité de l’exploitation de leur activité sont moins nombreuses, alors que la plupart sont la plupart du temps victime d’un accident de parcours.

Eh oui, le monde des affaires est de plus en plus rude en ce moment, sans parler des risques qui sont omni présents et qui présentent des obstacles de tailles pour toutes les entreprises.

Cependant, il est tout de même possible de minimiser ces risques et ainsi de garantir la bonne marche de son entreprise et ce, favorisant ces éléments essentiels, comme :

Mettre en place un bon système de management

L’utilité de la branche management d’une entreprise n’est plus à démontré en ce moment. Visant principalement à optimiser le bon déroulement de toutes les opérations vitales de cette dernière, un bon système de management peut donc garantir une bonne longévité pour l’entreprise.

Effectivement, l’opérationnel est pour ainsi dire le moteur qui fait fonctionner n’importe quelle entreprise et ce, peu importe le secteur d’activité dans lequel il évolue. Or, il n’y a que le management qui puisse véritablement optimiser ce point, d’où l’importance de ne surtout pas le négliger.

Mettre en place un système de gestion des risques efficace

En suivant ce qui a été précisé plus haut, nombreux sont les risques et les accidents de parcours qui peuvent freiner le développement d’une entreprise. De ce fait, bien gérer ces derniers est donc crucial pour la survie de cette dernière.

Il existe de nombreux points qu’il faut prendre en compte concernant cela, si l’on veut mettre en place un processus de gestion des risques qui pourra répondre à toutes les éventualités, à savoir :

Souscrire à une bonne assurance

Pour la protéger efficacement, il est indispensable de souscrire à une assurance pour son entreprise. En effet, faire cela permet souvent d’être à l’abri de risques qui sont liés à l’activité de cette dernière.

Il faut savoir qu’il existe de nombreux types d’assurance pour entreprise, qui sont plus ou moins indispensables et dépendent souvent de la nature des activités dans lesquelles l’on évolue, mais aussi du statut juridique choisi lors de sa création.

S’attendre aux imprévus

Il faut savoir que peu importe le type d’entreprise que l’on choisit de créer et aussi le domaine d’activité où l’on choisit d’exploiter, les risques sont toujours à prendre en compte. De ce fait, il est tout à fait indiqué de mettre en place un système de prévention de ces risques et ce, pour permette à l’entreprise de toujours continuer ses activités, même dans le pire des cas.

Les assurances indispensables pour son entreprise

Vous souhaitez souscrire à une assurance pour votre entreprise, sachez que la formule que vous allez choisir dépendra de votre statut. Alors, pour connaître davantage sur les assurances que vous devrez souscrire.
Voici quelques points que nous avons abordé en collaboration avec Marie de chez Assurup.com, une compagnie spécialisé dans les contrats d’assurances pros. Ce sont des informations que que vous devriez connaître pour le choix des couvertures dans le cadre de l’exploitation de votre activité.

La couverture responsabilité civile

La couverture de la responsabilité des employeurs est une obligation légale pour la plupart des entreprises qui emploient du personnel. L’assurance responsabilité civile est importante si vous êtes en contact avec des consommateurs ou si votre société œuvre dans le milieu des conseils. Elle servira à vous protéger contre les demandes d’indemnisation pour dommages corporels ou matériels causés par des clients, des fournisseurs ou d’autres tiers. La plupart des magasins, des restaurants, des coiffeurs, des constructeurs et des commerçants souscrivent cette assurance. Vérifiez les contrats de vos clients pour voir si un niveau particulier d’assurance responsabilité civile est requis.

La couverture responsabilité professionnelle

La couverture responsabilité professionnelle est importante si votre entreprise donne des conseils ou offre un service professionnel à d’autres entreprises, ou si vous traitez avec des données de client ou de la propriété intellectuelle. Si vous faites une erreur dans votre travail et que votre client perd de l’argent et vous poursuit en justice, votre assurance de responsabilité professionnelle peut couvrir les demandes d’indemnisation et les frais de justice. Certains organismes professionnels et régulateurs exigent que leurs membres aient cette assurance, y compris des organismes employant des géomètres, des comptables et des architectes.

La couverture responsabilité civile des employeurs

Si votre entreprise emploie du personnel, vous êtes probablement obligé par la loi de souscrire une assurance responsabilité civile employeur. Cela couvre les demandes d’indemnisation présentées par un membre du personnel parce qu’il a subi un accident, une maladie ou des dommages du fait de son travail. Certaines entreprises sont exemptées de la législation, y compris certaines entreprises qui n’emploient que des membres proches de la famille.

L’assurance des immeubles commerciaux

Que vous travailliez à domicile ou que vous disposiez de locaux commerciaux distincts tels qu’un magasin, un bureau ou un bar, l’assurance des locaux commerciaux devrait être une priorité. Si vous louez les locaux, assurez-vous de vérifier auprès de votre propriétaire ce qui est déjà couvert. Vous pouvez également protéger le contenu de vos locaux, votre équipement et vos outils. Si ceux-ci sont endommagés, détruits, perdus ou volés, cette couverture paiera les frais de remplacement ou de réparation.

L’assurance pour les produits stockés

Si vous détenez un stock, que ce soit dans vos locaux ou en dépôt, l’assurance-stock couvrira le coût de son remplacement s’il est endommagé, détruit ou volé.

L’assurance sur les produits vendus

L’assurance responsabilité produit vous protège si l’un de vos clients subit des dommages résultant d’un produit défectueux que vous lui fournissez. Vous pouvez être tenu responsable des dommages même si vous n’avez pas fabriqué le produit.

La couverture contre les accidents des personnels

L’assurance contre les accidents personnels couvre les blessures graves ou la mort causée par un accident. Cette couverture peut payer pour la perte de revenus, les frais médicaux et l’hospitalisation, dans les limites de la police choisie.

La publication des annonces légales lors de la création d’une entreprise

Afin de respecter la loi, certaines entreprises au moment de leur création doivent publier une annonce légale dans le journal officiel. Cette annonce permet entre autres de rendre publique les informations en rapport avec l’entreprise en question, à savoir sa date de création, son statut, ses gerants jusqu’aux changements éventuels au cours de la vie de la société jusqu’à sa dissolution. Dans ce qui suit, nous allons vous informer les points essentiels à savoir en ce qui concernent les annonces légales.

Les règles où les annonces légales sont obligatoires

En France, les sociétés commerciales ont l’obligation de publier une annonce légale dans le journal destiné à renfermer les informations juridiques de ce type d’entreprise. Il faut comprendre que certains événements exigent la publication de ce genre d’annonce, notamment au moment de :

  • la création de l’entreprise ;

  • le changement de statut ;

  • le changement de gérant ;

  • le changement du lieu de siège social ;

  • la dissolution ou liquidation de l’entreprise.

Les mentions qui doivent se figurer sur une annonce légale

Comment c’est une annonce régit par la loi, l’annonce légale doit contenir certaines mentions, à savoir :

  • la dénomination sociale ou éventuellement la raison sociale ;

  • le sigle au cas où l’entreprise en a un ;

  • la forme juridique de l’entité (EIRL, SARL…) ;

  • le montant du capital social ;

  • le lieu de domiciliation du siège social de l’entreprise ;

  • l’objet social, ce qui signifie l’activité menée par l’entreprise ;

  • le lieu et le numéro d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS)

Ces mentions restent inchanger quel que soit le statut de l’entreprise, cependant, pour les sociétés par actions, d’autres informations doivent figurer dans l’annonce légale mis à part ce qui a été mentionnés ci-dessus. Veuillez vous référer au guide destiné à la publication du journal d’annonces légales.

Publication d’annonce légale, les points à savoir

L’annonce légale ne peut être publiée que sur un support destiné à cet effet, à savoir le journal d’annonce légale comme la loi le stipule. Cela peut être les journaux officiels tels que le BODACC (Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales), ou encore le BALO (Bulletin des annonces légales obligatoires) ou encore des journaux d’information qui sont publiés soient au quotidien soient par semaine. Pour ce faire, l’entreprise doit prendre contact avec l’un de ces journaux pour assurer la publication de son annonce légale.

Coût de la publication d’une annonce légale

Une annonce légale pas cher coûte environs 120 à 200 euros. Ce prix varie en effet du support que vous avez choisi pour effectuer votre publication. Il faut aussi noter que la situation dans laquelle vous souhaitez publier une annonce influencera au niveau de son prix, de même que l’encart de publication que vous utilisez. Après que votre annonce légale fut publiée, vous recevrez un justificatif de publication. Ce document attestera votre conformité à la loi, et vous permettra de remplir les différentes démarches relatives à la création de votre entreprise.

Vous savez maintenant qu’est ce qui régit une annonce légale, et quelles sont les étapes à suivre pour publier votre annonce dans un journal légal.

Quel statut choisir pour son entreprise ?

Pour tout projet de création d’entreprise, il est souvent nécessaire de toujours prendre en compte un point crucial et c’est le choix du statut juridique de l’établissement. En effet, il existe plusieurs statuts qui diffèrent les uns des autres. Toutefois, le choix le concernant peuvent être difficile, donc pour faciliter cela, découvrez ici les avantages et les inconvénients des types de statuts juridiques pour une entreprise.

Le Société par Actions Simplifiée ou SAS

Ce type de statut juridique est assez courant lors de la création d’une société. Il s’agit souvent d’un statut qui privilégie ceux qui veulent investir dans un secteur donné sans recourir aux risques d’êtres endetté dans le futur.

Les avantages du SAS

Le SAS ou Société par Actions Simplifiée jouit d’une souplesse sans pareil au niveau de son fonctionnement. En effet, contrairement à d’autres statuts, il permet de gérer facilement l’ajout ou le retrait d’un ou plusieurs actionnaires. Le capital social de la société est également son point fort puisqu’il n’est pas soumis à une limitation minimale. Ce genre de statut, attire également les investisseurs du fait qu’il est facilement adaptable à toutes sortes de projets.

Les inconvénients du SAS

Même si le SAS propose beaucoup d’avantages, il existe néanmoins des points négatifs le concernant, comme le fait qu’il exige des frais de formalisme plus couteux que les autres.

Il est également imposé d’être plus que transparent lors de la rédaction du statut, ce qui est assez souvent l’une des raisons qui font que les nouveaux entrepreneurs n’optent pas pour ce genre de statut.

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée ou l’EURL

L’EURL est considéré comme étant le statut juridique d’une entreprise le plus sollicités. Effectivement, il propose divers avantages comme :

Les avantages de l’EURL

Avec l’EURL, il est possible de jouir d’une responsabilité limitée au montant des apports, de faciliter la transmission et la cession de son patrimoine et dans les moindres cas, de transformer le statut en SARL.

Les inconvénients de l’EURL

Comme avec le SAS, l’EURL occasionne des frais et des formalismes de constitution élevés. Et si un nouvel associé vient enrichir le capital, il n’est plus possible de garder le statut, qui se transforme d’office dans ce cas-là en SARL.

 

Ces deux statuts ne sont qu’une entrés en matière, mais nous allons prochainement détailler les autres types de statuts qui sont destiné aux entreprises et aux sociétés.

Prêt, prêt, prêt, jouez : 8 bonnes façons de s’amuser au travail

Lorsque vous vous asseyez le matin pour commencer une nouvelle journée de travail, avez-vous un sentiment de curiosité, d’enthousiasme et d’optimisme ludique face aux tâches qui vous attendent ? Ou vous sentez-vous dépassé, anxieux ou ennuyé ? Avoir du plaisir au travail et cultiver un sens du jeu au travail peut nous aider à être plus productifs, créatifs et innovateurs dans nos tâches quotidiennes.

Avoir du plaisir au travail et cultiver un sens du jeu au travail peut nous aider à être plus productifs, créatifs et innovateurs dans nos tâches quotidiennes
Qu’est-ce que le jeu ? Qu’est-ce qu’un état des lieux ?

Définir une définition est difficile, et pourtant chaque être humain a une compréhension intuitive d’un état de fait par opposition à la « vie réelle ». Le jeu est un état d’esprit : il a plus à voir avec votre motivation et votre attitude qu’avec une activité spécifique. Vous pouvez jouer tout en faisant n’importe quoi, du lavage de la vaisselle à la construction d’un modèle réduit d’avion. Une mentalité ludique est une mentalité détendue, créative, imaginative et en mouvement.

La valeur du jeu et du plaisir au travail a fait l’objet de recherches et a fait ses preuves à maintes reprises. Tim Brown, PDG de la société IDEO, en a fait une excellente présentation TED et des start-up et des géants de la technologie (comme Google) ont transformé des bureaux entiers en parcs de jeux pour aider leurs employés à penser de manière plus créative.

Nous voulons tous expérimenter plus de joie, de liberté, de créativité et de fluidité, et tout commence par la façon dont vous pensez. Heureusement, il y a aussi certaines activités qui sont plus ludiques par nature et la pratique de ces activités nous aide à entraîner notre cerveau à être plus souvent dans un état plus ludique. Qu’il s’agisse de jeux, de musique ou de sport, tout ce qui nous amène à un état mental plus détendu et créatif peut nous aider à atteindre un état plus ludique.

La façon dont vous pensez à votre monde transforme votre expérience de celui-ci. Il s’agit de nous rappeler que la vie – la vraie vie que nous vivons d’instant en instant – n’est pas du tout sérieuse. Après tout, nous ne sommes en fait que des petits animaux pensants jouant avec des gadgets et essayant de jouer ensemble sans trop s’énerver les uns les autres. Tout dépend de la façon dont vous choisissez de voir les choses.

Commencez à vous amuser au travail en décidant d'abord de le faire
Commencez à vous amuser au travail en décidant d’abord de le faire. Ensuite, pratiquez certaines de ces activités ludiques. Et n’oubliez pas que vous avez toujours le choix, alors adaptez et modifiez ces suggestions en fonction de vos besoins spécifiques.

 

Les 8 bonnes façons de s’amuser au travail

1. Planifiez le jeu dans votre journée

La vie est pleine de distractions, et le maintien d’un état d’esprit exige du dévouement. Accordez-vous un créneau horaire chaque jour que vous n’utilisez que pour l’exploration ludique – aucun rendement requis, aucune attente, aucune pression. Jouez, c’est tout. Utilisez cette heure ou deux pour faire quelque chose que vous aimez, et définissez l’intention que vous voulez le faire d’une manière ludique.
Permettez-vous de créer librement, et ne jugez pas votre production de quelque façon que ce soit. Ce que vous créez ici n’est pas aussi important que le fait que vous devriez apprécier la création. Kurt Vonnegut a écrit cette lettre inspirante à un groupe d’élèves du secondaire où il les encourageait à faire de l’art sans trop se soucier du résultat. Sa suggestion ?

– Écrire un poème de six lignes
– Assurez-vous que ça rime.
– Ne le montrez à personne.
– Déchirez-le et jetez les morceaux dans des bacs séparés.

D’autres activités que vous pouvez essayer seul ou avec votre équipe :

Commencez votre journée dans le style « The Office » en enregistrant une brève interview sur ce que vous ressentez. Canalisez votre Ricky Gervais intérieur (il y a maintenant un homme qui s’amuse beaucoup au travail !) et partagez-le avec vos collègues.

Dessinez rapidement un dessin animé pour exprimer votre état d’esprit au sujet d’un projet ou d’une tâche. Il vous aidera à mieux vous comprendre et à mieux comprendre les autres et vous aidera à identifier ce qui vous intimide ou vous inspire le plus.

Faites une chanson au début ou à la fin de la journée. Choisissez une chanson édifiante et participez en jouant de la batterie sur la table, en jouant de la guitare ou en soufflant les notes aiguës du haut de vos poumons.

Peu importe ce que vous faites, faites-le parce que vous aimez la création et le processus. Plus c’est idiot, mieux c’est !

 

2. Utiliser des mantras créatifs

Les mantras sont de puissants rappels et un excellent outil pour changer l’histoire que vous vous racontez. Rédigez votre propre texte – un texte qui vous rend heureux, détendu, libre et confiant – et répétez-le aussi souvent que vous le pouvez. Décidez de ce que cela signifie pour vous d’être ludique et dites-le à voix haute pour pouvoir l’entendre. Ne vous inquiétez pas de paraître bête, c’est le but !

Vous pouvez l’appliquer à n’importe quelle tâche de votre vie.

Les mantras sont encore une fois un moyen de fixer une intention, donc c’est aussi un excellent outil à utiliser avant de commencer une réunion. Fixez une intention sur laquelle tout le monde peut être d’accord ( » Lorsque nous discutons, nous communiquons efficacement, clairement et accueillons les différents points de vue. Nous aussi, nous rions ensemble ») et le disons à voix haute.

3. Faites du plaisir au travail votre objectif #1

Ne prenez pas les choses que vous faites trop au sérieux
Ça semble évident, non ? Ne prenez pas les choses que vous faites trop au sérieux. Il s’agit de la joie du processus d’apprentissage. Avec cet état d’esprit, même l’échec ne devient qu’un échelon de plus sur l’échelle, ce que nous pouvons regarder avec appréciation.

L’échec rapide signifie apprendre à bien échouer et c’est l’un des moyens les plus efficaces de créer un meilleur rendement créatif. Tant que vous vous amusez, vous réussissez toujours. Presque tous les emplois peuvent et devraient être amusants, il suffit de demander à Mary Poppins !

 

4. Changez votre environnement avec des rappels créatifs

Commencez à changer votre environnement de travail avec de petits rappels de ce qui vous apporte de la joie. Collez-les sur l’écran de votre ordinateur. Mettez-les dans votre journal. Chaque fois que vous les regardez, rappelez-vous ce que vous avez ressenti lorsque vous les avez créés : libre et créatif. Ensuite, rappelez-vous de recréer ce sentiment à d’autres moments de votre journée. Peut-être que ce graphique est la première étape d’un projet encore plus grand. Tu ne sauras pas si tu l’as mis dans un tiroir quelque part.

Il s’agit en fait de se rappeler de mille et une façons que l’on peut s’amuser comme un enfant. Mais, vous n’avez même pas besoin de créer quelque chose pour commencer à vous rappeler d’être enjoué. Soyez enthousiaste à l’idée de découvrir de nouvelles joies dans des choses familières. La lumière attrape votre bureau un peu différemment chaque jour selon les saisons. Essayez de voir la magie dans le mondain.

Voici d’autres idées que vous pouvez essayer :

– Rédigez vos listes de choses à faire sous forme de limericks. Vous pourriez même en parler dans le procès-verbal de votre prochaine réunion si vous êtes assez courageux !
– Transformez votre boîte de réception en feuilleton ou en fantasme. Sauvegardez vos contacts sous des alter ego qui vous font sourire.
– Laissez-vous des citations amusantes. Du Dr Seuss à Roald Dahl, trouvez tout ce qui vous fait sourire et vous rappelle de ne pas prendre la vie si au sérieux.
– Partagez vos observations excentriques sur la vie avec vos collègues. Vous serez étonné de voir à quel point nous sommes tous différents, mais aussi essentiellement identiques.

5. Faites des rituels ludiques avant de commencer une tâche difficile.

En pratiquant ces conseils, vous découvrirez peut-être que certaines choses vous mettent dans un état ludique plus rapidement que d’autres. Commencez à les combiner en petits rituels que vous pourrez pratiquer avant de commencer une tâche difficile.

Ça pourrait être le sien :
– Lisez votre mantra.
– Répétez-le à vous-même.
– Dessinez un petit dessin sur un post-it et collez-le sur l’écran de votre ordinateur.
– Regardez le travail à faire, citez Simba du Roi Lion :  » Je ris devant le danger. Hahahahahaha ! ». (Et puis riez. C’est important.)

Ou ça pourrait être élaboré :
– Construisez une grotte avec des couvertures où vous pourrez travailler.
– Prenez le temps de créer une playlist qui vous inspire et vous met de bonne humeur.
– Faites une stupide routine de danse. Et puis rire. Ce n’est pas un exercice sérieux, c’est pour vous apporter de la joie.

Le rituel n’a pas vraiment d’importance, c’est juste un autre rappel pour vous de vous glisser dans cet état d’esprit où vous vous sentez libre, en sécurité et assez curieux pour créer. Commencez maintenant cette tâche difficile. Est-ce vraiment si difficile, ou juste une série de petites tâches gérables qui, à leur façon, peuvent en fait être très… amusantes ?

 

6. Permettez-vous de rêver et de vous poser des questions  » et si « .

s'interroger sur les solutions de rechange
Poser des questions peut être à la fois effrayant et libérateur. Il s’agit simplement de s’interroger sur les solutions de rechange, et quel mal y a-t-il à cela ?

S’interroger sur les différentes possibilités peut vous ouvrir l’esprit à des options qui vous semblaient impossibles auparavant. Travailler seulement quatre heures par semaine a dû sembler absurde à Tim Ferris la première fois qu’il y a pensé, et pourtant maintenant cela n’est pas seulement devenu sa réalité, mais aussi son gagne-pain. Rêver de solutions de rechange peut aussi mener à des solutions accidentelles qui pourraient résoudre un ensemble complètement différent de problèmes, comme des découvertes scientifiques non intentionnelles, par exemple.

Demandez-vous ce que ce serait que d’avoir des salles de jeux pour se réunir au lieu de salles de conférence. Imaginez une réunion où tous les réalisateurs et les créatifs peuvent s’asseoir par terre, pieds nus, avec des crayons de couleur et des feuilles de papier pour faire passer leurs idées. Cette idée vous rend nerveux ? Ou excité ?

Essayez de penser à de nouvelles façons de faire, puis appliquez-les de petites façons qui peuvent vous aider à être plus ludique, innovateur et amusant au travail. Prenez le temps d’imaginer des réalités différentes, puis voyez comment elles deviennent de plus en plus possibles.

 

7. Répétez, répétez, répétez, répétez

Tout ce post est à propos de changer votre façon de penser, et la seule façon de le faire est par la pratique de la répétition. C’est comme ça qu’on programme notre cerveau. Toutes ces suggestions ne valent rien si vous ne vous engagez pas à les répéter tous les jours. Essayez-le pendant une semaine, et vous verrez la différence. Demandez aux yogis, aux mystiques, aux athlètes et aux musiciens comment ils ont atteint leurs objectifs, et ils vous diront tous la même chose : pratiquer, pratiquer, pratiquer, pratiquer. Je répète, je répète, je répète, je répète.

La pratique est un échec rapide en action. Chaque fois que vous répétez une action et que vous en évaluez les résultats, vous pouvez ajuster votre pratique de petites façons pour la rendre plus efficace. Essayer quelque chose et voir comment et pourquoi cela ne fonctionne pas est toujours un pas dans la bonne direction, donc le résultat de chaque répétition devient moins important.

C’est pourquoi la pratique ne signifie pas nécessairement que chaque répétition doit être la même. En fait, ça ne devrait pas l’être. Chaque fois que vous le changez légèrement. Chaque moment est nouveau et frais, alors pourquoi votre pratique ne l’est-elle pas aussi ?

 

8. Faites tout ce que vous faites avec abandon pur et simple

Quand on voit des enfants pleinement absorbés par le jeu, il y a une chose qui le rend particulièrement charmant et engageant. Ils jouent avec abandon. Ils sont en ce moment en train de combattre un dragon, de sauter par-dessus la lave, de risquer leur vie.

Quand avez-vous fait quelque chose avec abandon et libéré tout ce que vous ressentez ? Quand avez-vous crié au vent pour la dernière fois ? Le saut d’une falaise ? Poursuivi quelque chose de tout votre cœur, en reconnaissant le risque et en l’acceptant ? Quand vous êtes-vous permis de vous exprimer simplement ?

Trouvez quelque chose. Cela pourrait être aussi simple que de manger de la crème glacée tous les jours pendant une semaine. Ou aussi grand qu’un projet qui change l’industrie.
Choisissez quelque chose, et allez-y. Avec abandon. Et voir votre monde changer.

Ouvrir une salle de sport, les pièges à éviter

En France, le nombre de salles de sport et de clubs de fitness ne cesse de croître, avec plus de 4 500 établissements qui génèrent un chiffre total de 2,5 milliards d’euros. D’une part, il y a les chaînes de fitness multinationales qui viennent conquérir les Français en implantant des dizaines de clubs sur le territoire. Et d’autre part, de plus en plus de coaches sportifs aspirent à ouvrir leur propre salle de fitness. Et si comme ces professionnels du sport, vous en aviez peut-être marre de laisser votre patron récupérer tous les profits qui ont coûté vos efforts et que vous vouliez ouvrir votre propre salle de sport ? Ou peut-être que vous êtes fraîchement diplômé de l’ILEPS (École supérieure des métiers du sport) ou de l’IPMS (Institut professionnel des métiers du sport), et que vous voulez voler de vos propres ailes ? Mais pour que ce grand rêve devienne réalité, il faut déjà savoir décrypter les particularités du monde du sport et savoir éviter les pièges qui vous attendent au tournant.

Le business plan

C’est presque un passage obligé dans tout projet de création d’entreprise. En effet, le business plan est la clé de voûte de toute entreprise, car il permet de détailler le fonctionnement du projet. Assurez-vous que ce document contienne sur une dizaine de pages les éléments suivants :

  • Une étude marketing du marché : Vous avez acquis un peu de connaissances en exerçant le métier de coach sportif dans un club, mais êtes-vous réellement un expert dans ce domaine très concurrentiel ? Y a-t-il une cible particulière dans votre région ? Comment allez-vous facturer votre service ? Comment se porte la concurrence locale ? Quels sont les coûts relatifs au démarrage de l’entreprise ? Ce sont toutes autant de questions auxquelles vous devez répondre.

  • Un énoncé de votre mission : Chaque entreprise a besoin d’un énoncé d’objectifs qui la guidera dans chaque décision.

  • La concurrence : Votre région abrite déjà combien de salles de sport ? Qu’est-ce qui vous distingue de ces autres entrepreneurs ?

  • Vos besoins pour réussir : Cette problématique dictera vos stratégies dans le futur : quels équipements choisir, quel effectif et combien d’abonnés allez-vous conquérir pour réussir votre entreprise ?

  • Le budget : Pour ouvrir une salle de sport (plus de détails ici), et quel que soit votre apport personnel, vous devez également solliciter de l’aide financière auprès des investisseurs et des établissements bancaires.

Les pièges du budget

Il vous faudra des milliers d’euros pour créer votre propre salle de sport. Non seulement les vélos elliptiques et autres matériels coûtent cher, mais les dépenses cachées ici et là s’additionnent très vite. Pour éviter les mauvaises surprises, rappelez-vous les charges fixes et variables suivantes :

  • Le loyer sera probablement votre plus gros poste de dépense. Mais encore faut-il déjà choisir entre l’achat et la location !

  • Les services publics : l’électricité, l’eau, le gaz et les services de déchets ménagers vous seront facturés entre 300 et 1 000 euros par mois.

  • Les assurances et responsabilités sociétales participent au bon fonctionnement ainsi qu’à la notoriété de votre entreprise

  • Les dépenses relatives à la régulation de votre entreprise (EI, SARL, franchise…) peuvent vous être facturées jusqu’à 5 000 euros annuels.

  • Les fournitures de bureau : suivant la complexité de votre salle de sport, vous aurez probablement besoin d’une certaine quantité de fournitures de bureau, en plus des équipements de fitness. Entre les chaises, les bureaux, les imprimantes, les poubelles, les tableaux blancs, les affiches, les mini-réfrigérateurs, les distributeurs automatiques, les serviettes et les cartes de visite, ce poste de dépenses peut nécessiter des milliers d’euros. Et attention, ces différentes factures peuvent très vite s’accumuler si vous ne vous y préparer au plus tôt.

Comment les créatifs qui réussissent exploitent la puissance d’une routine quotidienne

La vie peut être désordonnée. Chaque jour, nous sommes confrontés à une série d’événements chaotiques qui réclament notre attention et engloutissent impitoyablement nos précieuses heures. La personne moyenne passe son temps à jongler avec ses obligations familiales et professionnelles tout en essayant de faire de l’exercice et de se reposer un peu. Ajoutez des drames inattendus et il n’y a rien d’étonnant à ce que nous soyons des êtres humains épuisés. Tous les moments libres que nous avons sont souvent gaspillés sur les médias sociaux, de sorte que le temps précieux qu’il nous reste est facilement perdu à jamais au fond d’un fil de nouvelles sans fin.

Demain, le même schéma se répétera, les frustrations augmenteront et nous nous demanderons pourquoi nous ne pouvons pas mener à bien les efforts créatifs que nous avons entrepris d’accomplir. Il n’y a tout simplement pas assez d’heures dans la journée ! devient notre mantra sans espoir.

N'y a-t-il vraiment pas assez d'heures dans la journée ?
N’y a-t-il vraiment pas assez d’heures dans la journée ? Il n’y a parmi nous que de simples mortels qui possèdent le même nombre d’heures terrestres tout en produisant un volume phénoménal de travail. Ils semblent avoir trouvé le moyen d’utiliser leur temps plus efficacement. Tim Ferriss, auteur de best-sellers, gourou du marketing et entrepreneur du New York Times, est sans doute le plus connu pour son examen des tactiques, des routines et des habitudes des milliardaires, des icônes et des artistes de classe mondiale. Selon Ferriss, « pas assez de temps signifie des priorités peu claires. »

De même, Derek Sivers, un programmeur et entrepreneur philosophe, qui figure dans le livre Tools of Titans de Tim Ferriss, croit que les gens occupés sont hors de contrôle. « Chaque fois que les gens me contactent, ils me disent ‘écoute, je sais que tu dois être incroyablement occupé…’ et je pense toujours, ‘Non, je ne le suis pas. J’ai le contrôle de mon temps, je maîtrise la situation. « Occupé, à mon avis, ça veut dire incontrôlable. »

Aujourd’hui, la réponse standard est généralement  » Comment allez-vous ? « Occupé. Sooo, occupé. » Ces proclamations d’occupation sont portées comme un insigne d’honneur. Mais pourquoi ? Selon Ferriss, « si je suis « occupé », c’est parce que j’ai fait des choix qui m’ont mis dans cette position ».

Si nous nous infligeons des tâches, pourquoi sommes-nous fiers du fait que nous nous sommes résignés à fouiller dans des listes interminables de choses à faire et de tâches peu recommandables ? Et pourquoi les gens qui réussissent n’ont-ils pas l’air de se noyer dans une mer de gens occupés ?

Explorons les habitudes quotidiennes des créatifs qui réussissent.
Quand on y regarde de plus près, le dénominateur commun de la majorité des gens qui s’en sortent est une routine quotidienne – et surtout, il faut s’y tenir.

Plongez dans les habitudes quotidiennes des créatifs qui réussissent pour comprendre les mesures que vous pouvez prendre pour établir des habitudes quotidiennes et récupérer certaines de vos précieuses heures.

Tout d’abord, Alex Mathers, illustrateur et écrivain autodidacte qui a beaucoup écrit sur le sujet de la productivité et sur la façon dont les êtres créatifs peuvent libérer leur potentiel créatif dans le monde. « L’action l’emporte sur la planification et l’apprentissage, les agitations et les inquiétudes que vous ferez jamais, dit Mathers. « L’art ne se matérialisera pas, la vie ne s’organisera pas, il n’y aura pas de connexions, si vous ne faites pas des pas d’action conscients, grands et petits, avec cohérence et autodiscipline : exercer des limites, un contrôle, des limites et des règles sur soi, afin d’apporter des changements positifs. Et oui, vous pouvez maintenir votre niveau de créativité (sinon l’améliorer énormément), avec de l’autodiscipline. »

Aujourd’hui, dit-il,  » je ne suis jamais vraiment débordé, et j’ai rarement l’impression de manquer de temps. En fait, certains jours, j’ai l’impression d’avoir plus de temps que nécessaire. » Toutefois, cela n’a pas toujours été le cas. Lui aussi, auparavant, il luttait pour exploiter son temps et son énergie et pour ne pas se soumettre aux distractions interminables qui remplissent la vie de tous les jours. Qu’est-ce qui a changé ?

ses habitudes étaient un obstacle pour arriver là où il voulait être
Mathers s’est rendu compte que ses habitudes étaient un obstacle pour arriver là où il voulait être. Il a donc pris la décision consciente de les changer. Pour reprendre le contrôle de la façon dont il utilisait son temps, il est devenu extrêmement strict quant au temps qu’il consacrait à certaines choses, en particulier :
– Combien de temps il passe à regarder des vidéos ou des films
– Quand et à quelle fréquence s’engage-t-il dans les médias sociaux ?
– Quand (et quoi) il mange et à quelle heure il s’endort.

Mathers s’est dressé une liste de règles qu’il consulte quotidiennement. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une routine bien définie, sa liste personnelle de règles lui fournit un échafaudage qui lui permet de tenir sa journée, autour duquel il peut trouver du temps pour des activités créatives et qui le dissuade de tomber dans des habitudes paresseuses.

Vient ensuite Haruki Murakami, romancier, nouvelliste et essayiste japonais qui adhère à une routine quotidienne stricte plutôt qu’à un ensemble de règles écrites : « Quand je suis en mode écriture pour un roman, je me lève à 4 heures du matin et je travaille pendant cinq à six heures. L’après-midi, je cours 10km ou nage 1500m (ou les deux), puis je lis un peu et j’écoute de la musique. Je me couche à 21 h. Je m’en tiens à cette routine tous les jours sans variation. La répétition elle-même devient la chose importante ; c’est une forme de fascination. Je m’hypnotise pour atteindre un état d’esprit plus profond. »

Pour Murakami, ce n’est pas la routine elle-même qui est importante. La routine n’est qu’un tremplin vers un état d’être plus profond qui lui a permis de faire son meilleur travail.
Cela m’amène à Steven Pressfield, un auteur américain qui a écrit The War of Art en plus de romans historiques, de documentaires et de scénarios. Pressfield souligne également l’importance de s’asseoir chaque jour et de faire son travail de façon constante.

Comme il le dit : « Quand nous nous asseyons chaque jour et que nous faisons notre travail, la puissance se concentre autour de nous… nous devenons comme une tige aimantée qui attire les limaille de fer. Les idées viennent. Insights accrete. » Dans son ouvrage The War of Art Pressfield nous présente les forces en jeu qui tentent de vous empêcher de faire du bon travail. Il appelle ces forces invisibles, mais fortement ressenties, « la résistance ».

Les routines quotidiennes ont donc un double objectif :

– Ils aident à développer la discipline et la cohérence nécessaires pour commencer et terminer tous les efforts créatifs.
– Ils ouvrent la voie à un état d’être de plus en plus profond et à des pensées de plus en plus profondes, ce qui est un tremplin vers la création de grandes œuvres.

Quelles mesures pouvez-vous prendre pour commencer une habitude quotidienne ou pour commencer à développer une discipline ? Les routines quotidiennes s’apparentent à des calques dans un fichier photoshop, il faut beaucoup, beaucoup de calques fusionnés dans le temps pour créer un chef-d’œuvre final poli.

Voici cinq étapes pour vous aider à commencer :

Étape 1 : Commencez par le pourquoi

Notez exactement pourquoi vous voulez établir une routine. Qu’espérez-vous réaliser en le faisant ? Lorsque l’envie d’arrêter de fumer se fait sentir, la motivation diminue et vous n’avez plus envie de le faire et vous vous retournez vers votre « pourquoi ».
Bruce Lee, acteur, artiste martial et philosophe, était très conscient du pouvoir d’écrire le  » pourquoi  » et de prendre le temps de réfléchir. Le processus d’écriture de nos objectifs génère la confiance en soi, qui est la clé du succès.

Étape 2 : Préparez-vous à lutter

On a souvent l'impression qu'être un créateur professionnel doit être très amusant
On a souvent l’impression qu’être un créateur professionnel doit être très amusant. Bien sûr, cela peut être amusant, mais  » professionnel  » signifie faire le travail de façon constante, que vous en ayez envie ou non. Il n’y a pas beaucoup de place pour attendre que l’inspiration frappe.
Comme le dit Chris Fox, auteur de plus de 30 livres (et il n’a même pas 40 ans) de façon concise,  » Comprenez que cela va demander un effort massif et soutenu. Beaucoup d’entre nous supposent que parce que nous aimons écrire, ce sera facile ou amusant. C’est parfois amusant, mais jamais facile. »

Étape 3 : Prenez un engagement envers vous-même

J’ai fait une règle non écrite avec moi-même il y a quelques années. J’ai décidé que si je disais que j’allais faire quelque chose, je devais le faire. Si les mots m’échappaient de la bouche, ils étaient fixés dans le béton et n’avaient plus d’autre choix que d’être réalisés.

Les recherches montrent qu’il faut 21 jours pour prendre l’habitude, après quoi nous utilisons moins d’énergie mentale pour décider si nous devons ou non faire la tâche – nous passons en quelque sorte en pilote automatique. Que se passerait-il si vous vous engagiez à quelque chose pendant 30 jours ?

Pourriez-vous prendre une nouvelle habitude chaque mois ? Cela pourrait mener à 12 nouvelles habitudes par année, ou à une action soutenue pour bâtir sur votre routine quotidienne.
C’est à toi de décider quel genre de personne tu veux être. Êtes-vous quelqu’un qui prend le temps de prendre activement de meilleures habitudes ou qui succombe facilement à des habitudes paresseuses ?

Etape 4 : Mettez-le sur le calendrier

L’étape suivante consiste à bloquer du temps dans votre calendrier pour vos priorités. Par exemple, vous pouvez tenir compte de deux heures d’écriture chaque matin ou d’une séance d’entraînement d’une heure. En tenant compte de ce temps dans votre calendrier, vous vous assurez qu’il s’agit des tâches les plus importantes de la journée et qu’elles doivent avoir la priorité sur les autres tâches moins importantes.

Étape 5 : Allez jouer !

Rester constamment en mode de travail est épuisant pour vous et pour ceux qui vous entourent. Elle peut aussi être contre-productive pour le processus créatif. Un cerveau fatigué et épuisé est moins susceptible de générer des idées nouvelles et excitantes.

Il est aussi important de pouvoir changer de mode de travail que de pouvoir le faire. C’est là que les habitudes et les routines entrent en jeu. Lorsque vous avez terminé vos heures de travail prévues pour la journée, vous pouvez vous arrêter et profiter de vos heures  » libres  » pour récupérer et recharger vos batteries en vue de l’effort de demain.

sortir, passer du temps dans la nature ou avec sa famille
Cela signifie s’éloigner de l’écran, sortir, passer du temps dans la nature ou avec sa famille et ses amis.
Bien qu’il puisse sembler ennuyeux et même contre-productif de s’en tenir strictement à une routine, le fait de travailler de façon constante inculque une discipline qui nous permettra d’accomplir notre meilleur travail.

Jocko Willink, un célèbre Navy SEAL, co-auteur du best-seller Extreme Ownership du New York Times : Comment les U.S. Navy SEALs mènent et gagnent dit que la discipline égale la liberté. Ce conseil transcende les disciplines créatives et peut être mis en œuvre par toute personne cherchant à acquérir de meilleures habitudes quotidiennes. Bien que l’absence de responsabilités et d’objectifs puisse sembler idyllique, lorsqu’il n’y a pas de forme à votre journée, elle peut en fait être paralysante. « Si vous voulez la liberté dans la vie, que ce soit la liberté financière, plus de temps libre, ou même la liberté d’être à l’abri de la maladie et d’une mauvaise santé, vous ne pouvez y arriver que par la discipline « , écrit Willink.

Exploitez la puissance d’une routine quotidienne

Des séances d’entraînement, des routines et des habitudes préétablies créent un cadre pour votre vie. Ils permettent à votre esprit d’aller au-delà des très nombreuses décisions quotidiennes auxquelles nous sommes confrontés pour aborder des questions plus profondes et plus importantes.

« Le paradoxe semble être, comme Socrate l’a démontré il y a longtemps, que l’individu vraiment libre n’est libre que dans la mesure de sa propre maîtrise de soi,  » dit Steven Pressfield. « Ceux qui ne se gouverneront pas eux-mêmes sont condamnés à trouver des maîtres pour les gouverner. »

Au moment d’écrire ces lignes, il reste 250 jours, 6016 heures, 360983 minutes et 21658998 secondes avant 2019. Comment allez-vous l’utiliser ? Qu’allez-vous créer ?
Le temps est notre bien le plus précieux, dépensez-le sagement.