Archive de catégorie dans Artisanat

Comment développer de manière efficace une entreprise artisanale

Se lancer dans l’artisanat implique souvent d’exercer son métier avec passion et demande souvent plus d’efforts, de compétences et surtout de patience que pour les autres secteurs d’activité.

De ce fait, l’artisanat est en soi une aventure qui peut être difficile à entreprendre. Toutefois, il est également passionnant et peut certainement assurer la réussite professionnelle de ceux qui s’y lancent, à condition de bien le maitriser.

En effet, pour pouvoir évoluer efficacement dans l’artisanat, surtout pour ceux qui décident de créer leur propre entreprise, il est utile de prendre en compte les différents éléments qui peuvent assurer le développement de son activité. Découvrez tout cela ici.

Prendre conscience de ses compétences

Une entreprise artisanale est généralement une entreprise qui évolue dans un domaine d’activité de type manuel et se base de ce fait sur la prestation de service ou aussi la confection de produits bien déterminés, ce qui implique d’avoir des compétences bien précises.

De ce fait, tous ceux qui veulent entreprendre dans ce secteur se doivent principalement de bien maitriser le domaine sur lequel ils veulent se lancer. Par exemple, pour une entreprise d’artisans comme une agence de serrurerie, il est impératif que ceux qui la composent maitrisent ce domaine d’activité et doivent même posséder des certificats qui peuvent attester leurs compétences.

Choisir le type d’entreprise que l’on souhaite créer

Le plus souvent, les entrepreneurs qui choisissent la voie de l’artisanat font souvent l’erreur de choisir le statut d’entreprise qui ne correspond pas à leurs besoins et attentes, mais surtout aussi de leur situation.

Or, étant un élément déterminant pour le bon développement de l’entreprise, sa forme juridique se doit d’être bien pensée et implique souvent l’expertise d’un professionnel spécialiste en la matière.

Faire un test sur son activité avant de se lancer dans l’entrepreneuriat

Il est clair que le fait de créer une entreprise et ce, peu importe le secteur d’activité, demandera souvent du temps, des moyens et surtout un cout.

De ce fait, pour ne pas faire d’erreur, il est également bien vu de tester son activité avant même de penser à se lancer l’entrepreneuriat.

Pour cela, il existe de nombreuses méthodes, notamment le fait d’intégrer une coopérative d’activité, qui est une plateforme qui permet aux artisans d’exercer leur activité de manière sécurisé et ce, avant de créer sa propre entreprise.

Le fait de se lancer en étant indépendant permet également d’appréhender et de prendre en considération tout ce qu’il y a à savoir sur une activité déterminé. Le plus souvent le fait de proposer ses prestations de manière occasionnelle ou aussi de lancer quelques échantillons des produits artisanaux que l’on propose etc.

Le fait de faire cela est nécessaire car permet avant tout de se donner une idée de ce qui va être l’entreprise que l’on va créer.

Artisanat : les éléments clés pour développer son activité

L’artisanat fait partie des secteurs porteurs qui offrent de nombreuses possibilités. De plus, en tant que secteur qui implique surtout d’avoir des compétences et savoir-faire particuliers, il est assez facile de s’y lancer, ce qui explique le nombre d’entreprise d’artisans qui ne cessent de grimper.

Toutefois, à cause de cet engouement, la concurrence est rude, surtout dans les domaines où il existe de nombreux prestataires. Ce qui nécessite de se démarquer particulièrement si l’on veut développer son activité.

En effet, sans quelques connaissances de ce secteur qu’est l’artisanat, il est difficile d’assurer la bonne marche et pérennité de son entreprise. Pour plus de détails concernant cela, découvrez donc ici ce qu’il faut retenir pour pouvoir se lancer sereinement de ce secteur.

Artisanat : les prérequis avant de se lancer

Avant toute chose, il faut préciser que tous ceux qui entreprennent dans le secteur d’artisanat ont tous déjà plus ou moins de connaissances et des expériences du métier dans lequel ils choisissent de développer.

Et il faut dire que c’est un prérequis pour pouvoir créer son entreprise d’artisan car le fait de maitriser un quelconque métier d’artisanat est obligatoire pour les démarches utiles à la création.

Toutefois, il est également possible de se former, que ce soit pour apprendre un métier ou aussi de changer de voie professionnelle ou même de renforcer ses compétences car, il est clair que le fait d’entreprendre dans l’artisanat est une aventure quelque peu exigeante.

Artisanat : assurer son développement

Il est clair que pour pouvoir évoluer de façon professionnelle en tant qu’artisan, il est crucial de créer une entreprise. Cependant, cela ne garantit en rien le développement de ses activités, car dépendant principalement de la demande, le secteur artisanale nécessite de prendre en considération plusieurs facteurs, notamment le fait de se faire connaitre.

Effectivement, pour un artisan, la notoriété est très importante ce qui fait qu’il est toujours utile de penser à la promotion de son entreprise et ce, pour pouvoir lancer proprement ses activités. Pour cela, il faut :

Penser à l’image de marque de son entreprise :

Pour cela, il faut utiliser les différents moyens de promotion de son identité comme le fait d’utiliser des carte de visite, de se positionner sur les différents annuaires physiques et sur numériques etc.

Créer un site web personnel de son entreprise :

Puisque la plupart des gens utilisent en ce moment internet, il est donc impensable pour une entreprise, surtout celle qui évolue dans l’artisanat de ne pas posséder site web.

Se positionner sur les réseaux sociaux

Des milliards de personnes se situent en ce moment sur les différents réseaux sociaux publics, notamment Facebook, Twitter, Instagram ou aussi sur les réseaux sociaux professionnels comme Viadeo ou LinkedIn. De ce fait, il est tout à fait bénéfique pour une entreprise d’artisan de se positionner sur ces plateformes qui peuvent assurer sa promotion de manière efficace.

Comment créer une entreprise dans le secteur de l’artisanat

Pour tout professionnel qui veut évoluer sans le secteur artisanal et surtout aussi se mettre à son propre compte, le fait de créer une entreprise est indispensable. Toutefois, pouvoir faire cela requiert souvent de bien réfléchir surtout en ce qui concerne la forme juridique adéquat ou aussi le statut d’entreprise le plus adapté à ses besoins.

Si vous voulez donc vous lancer dans la création de votre propre entreprise, il est donc indispensable de prendre en compte ces différents éléments. Toutefois, pour plus de précisions, on va quand même les détailler ici.

Les conditions de création d’entreprise pour un artisan ?

Le plus souvent, pour être éligible à l’entrepreneuriat, il est souvent nécessaire de respecter quelques critères. En effet, n’importe qui ne peut certainement pas créer une entreprise d’artisanat puisqu’avant tout il faut pouvoir présenter des documents qui peuvent attester une formation en tant qu’artisan et ce, peu importe le secteur d’activité.

Eh oui, que vous soyez un artisan plombier, électricien ou aussi serrurier, il faut en premier justifier vos qualifications à l’aide de diplôme ou aussi de certificat et aussi un minimum de 3 ans d’expérience dans le secteur où l’entreprise évoluera.

Quel est le statut d’entreprise pour un artisan ?

Le choix d’un statut est souvent une question personnelle puisqu’il existe en ce moment divers statuts qui peuvent correspondre à un artisan. Effectivement, que ce soit un SARL, un SA, un EIRL, une micro-entreprise ou aussi un EURL etc. il est primordial de pouvoir les choisir vous-même et ce, en prenant compte de tous les facteurs indispensable.

Pour voir plus en détails, on va citer ici les statuts juridiques les plus choisis dans le secteur de l’artisanat, à savoir :

Le statut auto-entreprise

Faisant partie des plus statuts les plus utilisés, mais aussi les à créer, le statut auto-entreprise est tout à fait indiqué pour ceux qui veulent une indépendance totale et qui préfèrent intervenir seul.

 Le statut entreprise Individuelle

Assez semblable au statut auto-entreprise, l’entreprise individuelle permet à son fondateur d’être le gérant principal.

Le statut EURL

Pour ceux qui veulent commencer petit, l’EURL est sans doute l’un des statuts à privilégier. Étant une forme juridique à responsabilité unique, l’EURL permet à une seule personne de jouir d’un statut d’associé unique. De plus, avec ce dernier, il est facile d’évoluer en SARL si l’on le souhaite.

Le statut SARL

Indiqué pour les groupements d’artisans qui veulent lancer leur affaire, le statut SARL propose divers avantages, surtout lorsqu’il s’agit de repartir les charges et les tâches à effectuer dans une entreprise. Ce statut permet entre autre de protéger son patrimoine personnel, ce qui est souvent menacé dans le cas des autres statuts à titre personnel.

Pourquoi l’assurance décennale est-elle obligatoire pour un artisan ?

Les organisations professionnelles sont souvent pointées du doigt, car elles ne se soumettent pas aux obligations légales d’assurance. Ainsi, le régime de l’auto-entrepreneur a été revu, et les artisans du bâtiment sont aussi concernés. Ce sont les agents du gouvernement qui ont pour tâche de contrôler l’assurance décennale pour une meilleure transparence pour les clients.

Qu’est-ce que la garantie décennale ?

C’est depuis 1800 que la garantie décennale existe, et elle concerne les entrepreneurs, les architectes, les promoteurs, les techniciens, les artisans, les constructeurs… La responsabilité décennale est obligatoire dès que les travaux touchent le sol.

Elle englobe tous types de travaux, que ce soit en neuf ou en rénovation, sauf pour les travaux de finition comme la peinture.

Elle est faite pour engager la responsabilité des constructeurs ou des maîtres d’œuvre envers le maître d’ouvrage pour les dommages qui peuvent toucher le bâtiment réalisé et pour assurer la sécurité des consommateurs.

Cela offre plus de transparence envers le client et plus d’équité entre les artisans du bâtiment. Le but est donc d’assurer le professionnel et le client. La responsabilité professionnelle est sur 10 ans à la réception de l’ouvrage.

Le contrat d’assurance décennale garantit l’impropriété à la destination, la solidité de l’ouvrage, la solidité des éléments d’équipements indissociables et les effondrements causés par un vice de construction.

Les obligations des artisans

Les artisans font partie des personnes assujetties à l’obligation d’assurance décennale. Ils sont dans l’obligation de justifier cette assurance à l’ouverture du chantier ou quand l’offre a été donnée dans le cadre d’un marché public.

Suivant la loi en vigueur, les artisans et les auto-entrepreneurs doivent joindre avec leurs devis et leurs factures une attestation de responsabilité décennale avec les coordonnées de l’assureur ou du garant, les activités couvertes et exercées ainsi que les montants assurés, la période de validité du contrat d’assurance décennale ainsi que ses références et la couverture géographique du contrat.

Ce sont les agents de contrôle du travail illégal qui procèdent à la vérification de cette garantie décennale. À défaut de cette garantie, des sanctions pénales et civiles : une peine d’emprisonnement de 6 mois et/ou une amende de 75 000 euros sont appliquées.

En cas de sinistres ou de malfaçon, les conséquences peuvent être graves. Si les dégâts sont provoqués par les travaux effectués par l’artisan, il prendra en charge tous les frais pour la réparation du bâtiment d’où l’importance de l’assurance décennale.

Vu que cette garantie couvre d’importants sinistres, elle est relativement chère, et cela pourrait être un blocage pour les artisans indépendants et les auto-entrepreneurs affichant de faibles chiffres d’affaires.

L’assurance décennale n’est pas destinée aux activités de sous-traitance, la responsabilité revient toujours à l’entrepreneur, car il est l’interlocuteur vis-à-vis du maître d’ouvrage qui lui a commandé des travaux. Mais s’il a été prouvé que le sous-traitant est le responsable des dommages touchant la construction, l’entrepreneur peut lui demander un dédommagement.

Le mieux est de demander aux sous-traitants de souscrire à une garantie décennale.