Archive de catégorie dans Gestion et comptabilité

Startup : Les secrets de l’établissement d’un bon budget de démarrage

Tant de startups sont tellement impatientes d’investir un budget dans tout ce qu’ils croient accélérer le processus de lancement. Les experts savent que la propriété intellectuelle, les brevets, les marques de commerce, les droits d’auteur, le contenu et les produits devraient tous être des actifs générant de la valeur.

Vous devez avoir un plan d’investissement pour tout cela. Cela signifie que chaque dépense doit être détaillé dans votre plan.

Le problème est qu’à moins de dépenser des milliers d’euros pour un expert, ce que vous ne pouvez probablement pas vous permettre au début, qui sait combien vous devriez dépenser sur votre budget pour les brevets, le marketing, le prototypage, la recherche et le design.

Gaspillage : Pourquoi ? comment ? Quand ?

La première chose que vous devez être en mesure de déterminer est de savoir si un élément est un actif ou un passif, de sorte que vous pouvez apprendre pourquoi, comment dépenser, quand dépenser et ce que vous devriez reporter. N’oubliez pas que lorsque vous faites la distinction entre les deux, les actifs ajoutent toujours de la valeur, tandis que les passifs consomment souvent des ressources sans ajouter de la valeur.

Par expérience, le budget nécessaire au démarrage d’un produit de consommation sur le marché se situe entre 60 000 € et 80 000 €.

Les ventes et les budgets grandissent ensemble

Calcul du budget pour le lancement d'un produitAu fur et à mesure que vos ventes augmentent, vous devriez augmenter le budget d’investissement. Parce que vous devez vous assurer d’être en tête sur le marché et les cycles de produits. Vous devez également faire des recherches sur votre catégorie pour comprendre votre marché et avoir une bonne connaissance des consommateurs.

Songez au coût de cette recherche et au temps qu’elle pourrait coûter, faites des projections, puis déterminez où vous devez être dans votre flux de revenus pour vous permettre de faire des investissements matériels. Inversez votre budget pour vous assurer qu’il n’y ait pas de lacunes ou de trous que vous n’avez pas pris en compte.

Si vous consacrez plus de 20 % de votre budget global à la recherche, à la conception, à la modélisation, au prototypage, aux brevets et aux dépôts, sans que les recettes de vente n’aient déjà augmenté, c’est que vous avez dépassé votre budget. De ce fait, vous allez probablement manquer de fonds. Le lancement d’une startup est plus qu’une simple course, vous devez être là pour le long terme et pour y rester. De pluse, vous devez être en mesure de financer la totalité des besoins de votre lancement.

Dépenses 101 : Justification appropriée des dépenses d’entreprise

Sans justification appropriée, les dépenses d’entreprise peuvent être considérées comme un revenu imposable, ce qui oblige les employés à payer des impôts. Il est vital de bien faire les choses. Voici quelques conseils clés
Un plan responsable doit satisfaire à trois conditions : avoir un lien d’affaires, une justification et le remboursement des montants excédentaires. Ici, nous allons nous concentrer sur la justification.

Qu’est-ce que la justification ?

Les droit de l’employeur lui permet de demander que l’employé justifie ses dépenses d’entreprise en fournissant une preuve du montant, de l’heure, du lieu et de l’objet de la dépense dans un délai raisonnable après qu’elle a été payée ou engagée.

Qu’est-ce qu’un « délai raisonnable » ?

Il existe deux méthodes pour déterminer le délai raisonnable pour la justification et le remboursement des montants excédentaires :

1- Méthode à date fixe – La dépense doit être justifiée par l’employé dans les 60 jours suivant le paiement ou l’engagement, et le montant excédentaire de toute avance doit être retourné à l’employeur dans les 120 jours suivant le paiement ou l’engagement de la dépense.

2- Méthode du relevé périodique – L’employeur peut émettre un relevé périodique à l’employé détaillant les montants qui ont été payés et non justifiés et exiger que l’employé justifie le montant excédentaire ou le retourne à l’employeur dans les 120 jours suivant la réception du relevé. Des relevés périodiques doivent être effectués au moins une fois par trimestre.

Un employeur peut avoir un régime hybride qui utilise les deux méthodes décrites ci-dessus. Par exemple, les frais remboursables et les remboursements de kilométrage peuvent être justifiés selon la méthode de la date fixe. Mais l’employeur peut utiliser la méthode du relevé périodique pour justifier les frais de carte de crédit de l’entreprise.

De plus, un employeur peut délivrer une déclaration à un employé pour les dépenses d’entreprise qui ont été soumises pour remboursement, mais qui ne seront pas remboursées tant qu’une justification appropriée n’aura pas été fournie.

Comment un employé peut-il prouver que ses dépenses d’entreprise sont valides ?

La publication sur les voyages, les divertissements, les cadeaux et les frais d’automobile fournit des renseignements détaillés sur la façon dont les employés peuvent prouver les dépenses. La preuve d’une dépense comprend les trois éléments suivants :

  • Documents adéquats
  • Pièces justificatives
  • Rapport écrit

Pourquoi la justification des dépenses d’entreprise est vitale ?

Les entreprises exigent souvent que leurs employés engagent des dépenses qui seront remboursées plus tard par l’entreprise. Sans justification appropriée, les remboursements de dépenses peuvent être traités comme un revenu imposable, ce qui fait que l’employé doit supporter le coût de l’impôt sur le revenu.

Dans certains cas, cependant, il y a des dépenses qui nécessitent moins de justification. Il s’agit d’allocations pour frais de la « sphère de sécurité ».

Remarque : Le présent article a été préparé à des fins d’information seulement et n’a pas pour but de fournir des conseils juridiques ou fiscaux et ne doit pas être utilisé à cette fin. Si vous avez des questions d’ordre juridique ou fiscal concernant ce contenu ou des questions connexes, vous devriez consulter votre conseiller juridique ou fiscal professionnel.